Voyage nature en Suisse : Comment explorer les grands espaces sans les ruiner ?

« Sans Trace » : 7 principes pour protéger la nature en voyage

Peut-on jeter une peau de banane au beau milieu d’une réserve naturelle ? Faire une rando et bivouaquer où bon nous semble dans les parcs nationaux suisses ? Improviser un feu de camp au bord du lac des quatre-cantons ?

Le patrimoine naturel helvétique est reconnu dans le monde entier. Les sommets vertigineux et les immenses glaciers des Alpes suisses côtoient les mythiques vignobles du Lavaux sur les rives du Lac Léman. Ces territoires grandioses sont parfois devenus des lieux touristiques incontournables, à l’instar de la région Jungfrau-Aletsch, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’ascension du Cervin est devenue une excursion mythique. Mais nos escapades peuvent représenter une menace pour la préservation des espaces naturels.

Alors comment voyager sans laisser de trace ? Comment partir en voyage en Suisse pour explorer nos belles montagnes, tout en limitant son impact environnemental ? Ce défi concerne aussi bien les visiteurs que les professionnels du tourisme (offices de tourisme, agences de voyages, stations de ski, guides de montagne, etc.). Pour la planète et pour les générations futures, Outopia s’engage aux côtés des guides professionnels suisses pour créer des itinéraires responsables respectueux de la nature.

Dans cet article, nous te parlons des 7 principes « Sans Trace » pour préparer ton prochain voyage nature en Suisse (ou ailleurs) sans ruiner l’environnement. Le « No Trace » est né aux Etats-Unis dans les années 1960, c’est en quelque sorte un code de l’outdoor éthique et responsable. L’idée est simple : reconnecter l’homme à son milieu naturel sans laisser de trace de son passage.

1.   Se préparer et prévoir

Avant le départ, l’anticipation et la préparation sont essentielles. Pour limiter les impacts environnementaux sur la nature sauvage, tu dois bien connaître la réglementation en vigueur et les caractéristiques de la région que tu souhaites visiter en Suisse. On ne s’aventure pas à l’improviste sur les sommets des massifs alpins, sans carte ni boussole (même si on habite le canton du Valais !). À moins, bien sûr, que tu sois accompagné(e) par un super guide Outopia pour passer des vacances nature inoubliables en Suisse.

Prépare-toi aussi aux intempéries (choisis du matériel adapté, à ce propos on t’a préparé un guide de l’aventurier eco-friendly) et aux éventuelles urgences (trousse de premiers secours, numéros à contacter). Et pour limiter au maximum ton empreinte environnementale, planifie ton séjour en basse saison, en période de faible fréquentation des sites naturels. Pour tes repas (tu vois, on n’oublie pas la gastronomie), pense à réduire les déchets au maximum et à remballer ta nourriture pour ne rien laisser le long des chemins.

2.   Utiliser les surfaces durables

On rêve tous d’évasion, de trésors cachés, d’aventures hors des sentiers battus… Mais la recherche de paysages à couper le souffle peut parfois mener à sortir des sentiers balisés. Cette pratique, en détruisant l’habitat de mammifères menacés et la végétation sauvage, abîme gravement les écosystèmes. Il est donc vivement conseillé de :

  • Rester sur les sentiers existants et les surfaces enneigées
  • Camper à plus de 70 mètres des cours d’eau et des lacs
  • Bivouaquer sur des sites de camping existants

Dans les zones naturelles très fréquentées du territoire helvétique (l’Eiger, le Matterhorn ou encore le glacier d’Aletsch pour ne citer qu’eux), il est fortement recommandé de parcourir les sentiers en file indienne et de concentrer son activité là où il n’y a pas de végétation.

3.   Bien gérer ses déchets

Ça paraît tellement évident qu’on n’a presque hésité à parler de ce point : on ne laisse pas de déchets en pleine nature. Parce que tout le monde a envie de profiter d’un environnement préservé, on rapporte tous ses déchets, et même ceux des autres lorsque l’on en croise sur les sentiers de randonnée. Il peut s’agir de déchets de nourriture, d’emballages ou de restes de pique-nique, ne laisse rien sur place.

Pas de toilettes aux alentours ? Les villages ont disparu de ton champ de vision ? Voici comment gérer cette situation délicate :

  • Uriner sur des surfaces minérales pour ne pas endommager la végétation
  • Réaliser des trous de 15 à 20 cm pour y déposer les excréments avant de les recouvrir
  • Rapporter les papiers et autres produits d’hygiène
  • L’eau utilisée pour la vaisselle et l’hygiène corporelle (utilise impérativement un produit biodégradable) doit être rejetée après filtration le plus loin possible des ruisseaux et autres points d’eau naturels (lacs, cascades, chutes, marais, gorges, etc.). Les résidus des eaux usées sont transportés avec les autres déchets.

4.   Laisser intact ce que l’on trouve

Ne détruis pas les raisons qui t’ont poussé à venir visiter la Suisse. Ces panoramas extraordinaires et ces richesses naturelles sont très précieux. On est là pour observer, s’émerveiller et se reconnecter à la planète, pas pour la détruire. On laisse les pierres tranquilles, on n’arrache pas les plantes sauvages de nos vallées pour faire un bouquet à mamie, on touche avec les yeux.

Tu as certainement déjà vu des pyramides de pierres au cours de tes balades ? Ces œuvres insolites s’appellent des cairns. Si ces structures servaient à l’origine à baliser les chemins de randonnées, de nombreux visiteurs ont tenté de les reproduire dans le monde entier. À tel point que certains pays, à l’image de l’Islande et de la France, interdisent cette pratique qui accélère l’érosion et la dégradation des sites naturels.

5.   Minimiser l’impact des feux

Les feux de camp, lorsqu’ils sont réalisés en milieu naturel, peuvent avoir un impact irréversible sur la faune et la flore locales. Lorsqu’on part en escapade, on privilégie un réchaud de petite taille et une lanterne pour s’éclairer. Heureusement, cela reste possible dans des lieux autorisés sur des emplacements bien délimités. Le feu doit rester maîtrisé, de petite taille et réalisé avec du bois mort trouver en chemin. Ne jamais quitter un feu actif, une fois éteint, les cendres refroidies peuvent être dispersées.

6.   Respecter la vie sauvage

Selon WWF, la biodiversité mondiale décline à une vitesse alarmante. Entre 1970 et 2016, 68% des populations d’animaux sauvages ont disparu à cause de l’activité humaine.

Lorsqu’on explore la nature, il est toujours préférable de garder ses distances avec la faune sauvage. Nourrir un animal sauvage, même si cela semble généreux, peut en réalité porter atteinte à sa santé, son comportement et l’exposer au danger. Pour éviter toute forme de pillage pendant la nuit, veille à bien sécuriser tes paquetages ! Ça serait dommage de mourir de faim pendant un week-end en Suisse (on avoue, c’est un peu de l’humour de mauvais goût).

Si tu voyages avec ton animal de compagnie, reste vigilant et maître de la situation. Si ce n’est pas possible, fais-le garder par un ami ou un membre de ta famille.  

7.   Respecter les autres visiteurs

Voyager sans laisser de trace, c’est bon pour la planète mais aussi pour les autres humains. En respectant ces quelques principes du code « Sans Trace », tout le monde y gagne. Sur le sentier ou la piste, on laisse le passage libre. Entre randonneurs / skieurs, on reste courtois. Personne n’a envie de croiser les mêmes têtes boudeuses qu’au bureau. Pour être en connexion avec la nature et se ressourcer, il est préférable que chacun y mette du sien et apporte des ondes positives !

Lorsqu’arrive l’heure de camper, respecte l’intimité de chacun. On reste attentif aux bruits de la nature, on profite de la beauté du site naturel qui s’offre à nous et on n’empêche pas les autres de profiter de ce moment de farniente et de la quiétude des lieux.

Si tout le monde applique ces principes « Sans Trace », le cadre de vie des animaux sauvages ne sera pas perturbé et la biodiversité sera préservée. Prendre de l’altitude et vivre des moments uniques avec Dame Nature demande un peu de rigueur. Qu’il s’agisse d’une randonnée ou d’un trek en haute montagne, d’une sortie à VTT en forêt ou d’une balade en raquettes, nous sommes tous concerné(e)s.

Si ces mots te parlent, tu as peut-être envie de rejoindre notre communauté d’explorateurs engagés ! Outopia est la première plateforme suisse à s’inscrire dans une démarche de tourisme durable (notre entreprise est labellisée « Swisstainable »). Notre plateforme digitale est spécialiste du voyage nature écoresponsable en Suisse. Nous organisons de nombreuses activités pour se reconnecter à la nature en privilégiant au maximum les mobilités douces. Tous nos séjours sont accessibles en train depuis les principales gares suisses (Zurich, Genève, Bâle, Bern, Lausanne, Lugano, Lucerne, etc.). Nous partons toujours en petits groupes, encadrés par des guides certifiés et expérimentés.

Le dépaysement est possible, près de chez soi. La Suisse, ce n’est pas que les sports d’hiver, la raclette et la fondue. Tente l’expérience, tu verras. Pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour vivre un moment hors du commun.

Amoureux de la nature et des grands espaces, pour en savoir plus sur nos destinations en Suisse et nos expéditions au grand air, c’est ici : www.outopia.co.

Et si tu ne trouves pas ton bonheur, contacte-nous directement pour organiser un week-end ou un voyage sur mesure. Nous serons heureux de créer une micro-aventure privative pour que tu puisses découvrir les merveilles de notre beau pays en toute liberté avec tes proches, même en dernière minute. PS : On se charge même de l’hébergement (bivouac sous les étoiles, en cabane ou en refuge d’altitude).

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code