Réinventer le tourisme de montagne : le défi suisse

De la nécessité de développer le tourisme durable

Les montagnes émerveillent, fascinent et inspirent les hommes depuis la nuit des temps. La pandémie a accéléré cette attraction pour les espaces naturels et les destinations au grand air. Bien que ces étendues sauvages éloignées de toute vie humaine restent souvent inaccessibles aux touristes, l’air pur des montagnes est aujourd’hui menacé par le tourisme de masse.

Il devient urgent de réinventer la manière de voyager et de créer de nouvelles formes de tourisme. En Suisse qui accueillait en 2019 plus de 39 millions de nuitées, est une destination touristique majeure. Les acteurs du tourisme de montagne doivent être au cœur de cette réflexion autour du développement durable du tourisme (offices de tourisme, voyagistes, agences de voyages, secteur de l’hôtellerie-restauration, etc.)

Outopia, premier acteur de l’outdoor responsable, a aujourd’hui pour ambition d’impulser de nouvelles pratiques touristiques durables. Dans cet article, on vous parle des valeurs qui animent notre projet de tourisme durable sur le territoire helvétique, nos moyens d’action et notre engagement pour favoriser un tourisme alternatif.

Photo : Dino Reichmuth – Unsplash

Quels sont les impacts réels du tourisme sur la montagne ?

Définir le tourisme de montagne

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) : Le tourisme de montagne est un « type d’activité touristique pratiqué à l’intérieur d’un espace géographique déterminé et délimité, comme peuvent l’être des collines ou des montagnes, présentant des caractéristiques et des propriétés particulières propres à tel(le) ou tel(le) paysage, topographie, climat, biodiversité (flore et faune) et population locale donné(e). Il recouvre une large gamme d’activités sportives et de loisir de plein air ».

Le tourisme, comme levier de croissance pour les populations locales

En créant des emplois, en sensibilisant les visiteurs à leur culture et en valorisant leurs territoires (artisanat, gastronomie, hébergement), les acteurs locaux sont des maillons essentiels de l’activité touristique. En revanche, ce tourisme rural reste très saisonnier et ses retombées sur les populations visitées et l’économie locale restent très fragiles.

Chez Outopia, on s’engage à faire travailler exclusivement des guides du cru et pas seulement en haute saison, c’est notre manière d’agir pour un tourisme responsable.

Répartir les flux touristiques tout au long de l’année

En organisant également des expériences outdoor au printemps et à l’automne, nous ambitionnons de lisser l’effet de la saisonnalité tout en limitant l’impact environnemental du tourisme. Pour ce faire, il devient primordial de cibler une nouvelle clientèle, à la recherche d’expériences innovantes avec une communauté engagée. Souvent citadins, ces nouveaux visiteurs sont en quête de nature et de dépassement de soi. Il s’agit de démocratiser les activités outdoor auprès d’un public qui ne se reconnaît pas dans une offre touristique vieillissante, « la rando à papa » a fait son temps. 

En devenant acteur de son voyage, le micro-aventurier répond à ses besoins individuels (sociabilisation, activité physique et bien-être) tout en s’inscrivant dans une démarche de développement durable , plus en adéquation avec ses éco-gestes du quotidien.

Pratiquer un tourisme de montagne en préservant la nature

Les activités touristiques mal gérées impactent la biodiversité et les ressources naturelles, déjà fragilisées par le réchauffement climatique. On pense notamment à l’habitat des animaux sauvages et à la préservation de leurs cycles de reproduction.

Le tourisme de montagne traditionnel (qui repose essentiellement sur les stations de ski) peut être à l’origine de nombreux désagréments pour la nature : émissions de CO2 liées au trafic aérien et aux transports terrestres motorisés, fréquentation non maîtrisée, traitement des déchets, nuisances sonores, etc.

Outopia s’engage à pratiquer un tourisme durable, sans activité motorisée. Nous créons des itinéraires originaux et authentiques respectueux de la faune et de la flore alpines, sans laisser de traces de notre passage.

Réinventer le tourisme de montagne : le défi suisse
Photo : Stefan Lehner – Unsplash

La Suisse, première destination de l’outdoor durable ?

Comme le rappelait Martin Nydegger, directeur général de Suisse Tourisme, la Suisse est une « championne cachée » de la durabilité. En effet, notre petit pays possède de nombreux atouts pour pratiquer le tourisme équitable et durable de montagne : 

  • Un gigantesque patrimoine culturel et naturel à explorer, plus de 65 000 kilomètres de sentiers balisés, l’équivalant d’une fois et demie la circonférence de la Terre
  • Un large réseau d’hébergements inscris dans une démarche d’écotourisme, de tourisme responsable ou de tourisme vert
  • Des professionnels du tourisme aguerris, experts des massifs alpins et acteurs des communautés locales
  • Des politiques fédérales et cantonales engageantes, à l’instar du nouveau label de durabilité « Swisstainable » qui permettra peut-être de sortir de la jungle des labels dits « écoresponsables »
  • Une vraie culture des activités en plein air, un gage de confiance pour attirer de nouvelles clientèles
  • Un réseau ferroviaire très performant permettant de parcourir le territoire en limitant son empreinte environnementale.

La proximité et la durabilité comme leitmotive

Nous sommes convaincus qu’il est possible de voyager autrement, moins loin et plus souvent. La promotion de l’aventure outdoor proche de chez soi donne une dimension humaine à chaque expérience tout en garantissant un tourisme respectueux de l’environnement. C’est pourquoi, Outopia ambitionne de devenir la plateforme de référence de l’outdoor durable dans les Alpes suisses et l’arc jurassien

Le numérique au service de la montagne

Internet est devenu un outil incontournable du secteur touristique. Les internautes sont désormais mieux informés et réservent leurs vacances en ligne. Ce constat est le point de départ de notre concept touristique. Nous sommes convaincus que le secteur du tourisme doit passer par la digitalisation pour se réinventer. À l’instar de Airbnb Expériences ou plus récemment du français Explora Project, une présence en ligne garantit : 

  • Une meilleure visibilité de l’offre touristique
  • La circulation de l’information entre les prestataires de tourisme durable et les clients soucieux de la protection de l’environnement par l’intermédiaire d’un média / blog et des réseaux sociaux
  • Le packaging des offres sous forme de micro-aventures clé en main, des séjours courts en pleine nature (incluant en général entre 1 à 3 nuitées) 
  • L’optimisation de l’expérience client : la plateforme permet de réserver une micro-aventure en montagne en seulement quelques clics.
Photo : Sylvain Mauroux - Unsplash
Photo : Sylvain Mauroux – Unsplash

Outopia s’engage pour un développement touristique durable en offrant des expéditions inclusives tout au long de l’année. Le meilleur moyen de sensibiliser le voyageur à son environnement naturel n’est-il pas de le reconnecter à la nature et à lui-même ? À méditer.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code